You are here

J’achète en ligne avec parcimonie

Le commerce en ligne a le vent en poupe mais cette pratique est-elle réellement compatible avec une vie zéro déchet ? Entre 2019 et 2020, nos achats en ligne ont augmenté de plus de 70% (source : safeshops.be 2020 | en), et le contexte covid renforce évidement cette tendance. Alors que l’e-commerce grignote les parts du commerce en magasin, il est par ailleurs vivement critiqué pour ses excès et conséquences désastreuses sur l’environnement. Dans une logique de rentabilité, un géant comme Amazon détruirait en effet 3 millions d’articles neufs chaque année pour diminuer le coût de stockage (à lire sur Retaildetail.be) …

Alors comment faire pour concilier une démarche zéro déchet avec une consommation en ligne ?

Choisissez des sites qui font attention à l’emballage

De manière générale l’e-commerce a plutôt tendance à faire plus de déchets ne fut-ce que par le transport qu’il suscite. Si vous vendez vous-même en ligne, les emballages reçus peuvent être réutilisés et servir à leur tour dans une certaine mesure. Mais veillez cependant à ne pas vous retrouver sous une montage d’emballages qui pourraient servir « au cas où » ;-) Saviez-vous que certains sites utilisent des emballages réutilisables comme Repack par exemple (Liste des magasins participants sur le site de Repack (en)) ? 

Si vous constatez que votre produit est emballé dans un paquet beaucoup trop grand, n’hésitez pas à contacter le magasin par mail ou via Twitter (avec les #packaging et #waste par exemple). En effet le VIL (Vlaams Instituut voor de Logistiek) a constaté dans une enquête que 63% seulement de l’emballage était rempli…  Autrement dit il y a 37% de vide (VIL | nl) ! 

Pour les magasins alimentaires, allez vers ceux qui livrent dans des contenants réutilisables comme Cookingo ou ceux qui participent au réseau BOK, tous deux récemment lauréats de l’appel à projets de Bruxelles Environnement.

Choisissez votre achat avec soin

Le pire est de renvoyer des produits commandés ! Pour éviter cela affinez au maximum vos recherches et assurez-vous que votre commande soit fidèle à vos attentes. Pour des vêtements par exemple vérifiez bien le guide des tailles avant de commander. Chaque marque a souvent « son » guide des tailles et une relation entre la taille et les mesures précises (tour de hanches, longueur de bras, tour de tête etc). Il y a même parfois des photos de mannequins qui présentent différentes tailles où il est précisé que « Kevin fait 1m80 et porte une taille L ». Cette démarche est encore plus importante pour le choix de produits qui ne sont pas « standard ».

Lire les commentaires s’avère également instructif, particulièrement lorsqu’ils sont négatifs ;-) C’est par ce biais que vous y découvrirez si un vêtement taille trop grand, trop petit, comment il « tombe » etc. 

Ces précautions diminuent le risque de devoir retourner un article, car ce sont ces retours à l’expéditeur qui pèsent lourd dans l’impact environnemental néfaste de l’e-commerce (Enquête du Vlaamse Instituut voor de logistiek - nl). Et quand Greenpeace annonce que 25% des achats effectués par les Allemands de moins de 30 ans sont renvoyés, cela mérite réflexion !

Préférez l’achat en magasin pour les produits courants

Produit de lessive, dentifrice, produit de base alimentaire… Les biens de consommation courante sont facilement accessibles à deux pas de chez nous. Puisque tout le monde en a régulièrement besoin, il est donc plus optimal de les rassembler au même endroit que de les envoyer par correspondance à chaque consommateur.  Aussi pour une meilleure appréciation mieux vaut parfois manipuler ou toucher un produit avant de l’acheter…

Prenez le temps de vous décider

Le temps c’est de l’argent ! C’est important de prendre le temps de bien choisir pour investir dans du durable. Commandez maintenant avant que votre panier ne soit remis à zéro, achetez la dernière pièce de ce stock limité, votre panier d’achat viendra bientôt à expiration… Evitons les pratiques commerciales douteuses des sites de vente passés maîtres dans les « pièges à la consommation » ! 

Laissez-vous le temps de remplir votre panier à votre rythme mais ne le validez pas tout de suite. Attendez le lendemain et faites une photo du panier s’il risque de se vider automatiquement. Vous éviterez probablement l’un ou l’autre achat qui n’était finalement peut-être pas aussi nécessaire que ça. Fuyez aussi les journées de promotion comme le Black Friday qui augmentent la consommation d’année en année (à lire sur Geoconsulting | en).

Préférez les sites locaux

Les impacts négatifs de la vente en ligne sont exacerbés par les géants du secteur et leurs emballages trop grands, leurs techniques de vente agressives, et leurs livraisons en plusieurs paquets etc. Mais la vente en ligne c’est aussi l’occasion pour de petits commerces locaux de se lancer sans avoir de magasin « en dur », ou pour un.e entrepreneur.euse de proposer ses produits à la vente. 

Et d’ailleurs rien n’empêche un commerce local de livrer une commande à vélo comme Urbike le propose pour Décathlon, Filigranes ou Delhaize à Bruxelles.

Lire aussi : « Cairgo Bike » : Des vélos-cargo à Bruxelles pour une meilleure qualité de l'air »

Le saviez-vous ?

La conscientisation de l’impact négatif de l’e-commerce sur l’environnement pousse à réfléchir à de nouvelles alternatives. Dans ce sens, la Région bruxelloise développe le Programme régional en économie circulaire  (PREC), qui vise 3 objectifs généraux dont la relocalisation de l’économie à Bruxelles, afin de produire localement quand c’est possible.  L’offre locale grandit et c’est une excellente nouvelle aussi pour nous en tant que consommateur !

Date de mise à jour: 20/04/2021